sevle blog

» Le site de l'agence : sevcommunication.com

Le bruit et l’odeur...

2 octobre
Jean-Christophe Bollache

Qui, ou quoi, enterre-t-on, en ces moments de deuil national ? Un Président, c’est certain, mais devant la masse de témoignages et les foules amassées qui paraissent sincères en ces temps de pharisaïsme généralisé, n’est-ce pas également, voire avant tout, l’adieu à un mode de vie d’un temps que beaucoup semblent regretter ?

Un temps où le bruit des cloches ou des coqs ne conduisaient pas à la tenue de procès en incommodité. Un temps où l’odeur des cigarettes était monnaie courante (et bien moins dispendieuse !) tant dans les cafés que sur les plateaux de télévision, les cours de lycée, les bureaux, ...
Un temps où le bruit des moteurs de voiture rendait compte des vitesses folles auxquelles on pouvait parfois s’aventurer sur les routes. Un temps où l’odeur d’une entrecôte sur le barbecue ne vous valait pas l’ire des adeptes du véganisme et du spécisme.
Un temps où le bruit des verres que l’on trinque ne risquait pas de gâcher la fête à coup de points en moins. Un temps où l’odeur du crottin ne valait pas au propriétaire d’un cheval d’être convoqué par la justice.
Un temps où le bruit des grillons, les chants de nombre d’oiseaux, la lumière des vers luisants, n’étaient pas rares alors qu’on s’en étonne aujourd’hui. Un temps où l’odeur du poulet rôti dominical à la peau croustillante et polie par un jus goûteux sans cesse arrosé occupait la place de celle des volailles en panure plutôt qu’en pâture bien mal élevées de KFC.

La nostalgie est décidément bien versatile pour ne retenir que ce qu’il y avait de meilleur...

En espérant que nous n’attendrons pas d’avoir disparu pour que l’on dise autant de bien de nous, je vous invite à découvrir sans plus tarder le projet d’identité graphique que nous avons imaginé pour la Fondation Renaud, en toute simplicité : sans chichi, donc, ça va de soi !

Un billet écrit par Jean-Christophe Bollache et classé dans : Graphisme, Hors piste, Société, Communication.

Game over

15 septembre
Jean-Christophe Bollache

En cette rentrée où plus que jamais on ne sait décidément pas où l’on s’apprête à rentrer entre Brexit attendu façon Bojo plutôt que Godot, crise hospitalière des soignants, crise inhospitalière des migrants, ère zéro ou Jair Bolsonaro, retraites à re-traiter, forêts incinérées sans cérémonie, trop de pailles plastique dans les océans, plus assez de paille dans les champs, sécheresse, inondation, Trump et tromperies, glyvraisates et faux bio, des règlements iniques en faveur des GAFA, et dérèglement climatique qui empirera, etc. tout semble nous précipiter, paradoxalement pour une rentrée, vers une sortie sans contrôle.

Après une année très, trop (?) remplie au risque de déborder, tant et tant d’heures de labeur, parfois payantes (mais pour combien ?) ou vainement (et donc sans veine…), je me suis extrait quelques jours pour faire mes gammes au vert afin d’éviter le game over : il faut de temps à autre, comme un vulgaire Mac ou PC, réinitialiser ses données, bien qu’on ne puisse jamais vraiment toutes les effacer...

Prendre du recul pour avancer, revoir sa manière de voir sans devoir, se déconnecter pour se reconnecter, se donner du temps, plutôt que de courir après, faire retraite sans pour autant renoncer, se balader au lieu de se se faire promener, relire pour se relier, se vider afin de faire le plein, trouver ce que l’on n’a pas spécialement chercher afin de pouvoir rentrer comme un sou : neuf.

Allez, c’est reparti pour un tour !!!

Pour bien ou mieux, en tout cas commencer la rentrée, je vous invite à découvrir les projets en ligne pour l’identité visuelle de la ville de Quetigny [cliquez juste ici] et pour le centre culturel et la médiathèque de Saint-Lô, La Source [cliquez juste là.]

Avant que de ne les découvrir, en ce début année qui n’en est pas un mais qui ne fait que (re)commencer, voilà quelques uns des projets qui nous et vous attendent, ce qu’on préfère très largement à ceux qui ne nous auront pas attendus.

La Fondation Renaud nous a confié la création de son identité visuelle et la signalétique du fort de Vaise à Lyon dans laquelle elle réside. À vocation culturelle, la Fondation s’est donnée pour mission de soutenir les artistes de la région lyonnaise et mettre en avant l’art lyonnais du XIXe et XXe siècle tout en rénovant et valorisant ses sites patrimoniaux nombreux. Vous pourrez d’ores et déjà découvrir le fort de Vaise en pleine rénovation lors des JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE ce week-end, les 21 et 22 septembre : venez nombreux ! Nous vous présenterons très prochainement le résultat de nos recherches et ce projet des plus passionnants.


Le Centre des Monuments Nationaux nous a renouvelé sa confiance en nous confiant le graphisme et la réalisation pour un projet inhabituel afin de valoriser la boutique de l’Arc de Triomphe.


Le CMN nous a également commandé les projets de signalétique et de graphisme pour le château de Bussy Rabutin, les villas antiques de Montmaurin et l’abbaye de Montmajour.


L’Office du Monde Économique d’Oloron Haut-Béarn, nous a choisis pour imaginer son identité visuelle et sa charte graphique en vue de valoriser les acteurs économiques de l’ensemble du territoire. La cartographie relative à ce dernier qui nous avait été confiée est à disposition de tous les randonneurs qui souhaiteraient s’y rendre.


Le graphisme pour l’Office de tourisme et l’espace d’interprétation Musée du Curé d’Ars et celui pour le Mémorial de Haute-Alsace (Dannemarie) font également partie de nos futures missions des plus réjouissantes.


Enfin (ou encore !) la ville de Trappes-en-Yvelines nous a chargé du design graphique (identité et signalétique) pour son cinéma « Le Grenier à Sel » et son café-culture « l’Étoile d’Or ».

À bientôt, au plus vite que possible. Et au mieux.

Un billet écrit par Jean-Christophe Bollache et classé dans : Signalétique, Graphisme, Hors piste, Communication.

En campagne

22 mai
Jean-Christophe Bollache

Être en campagne ou être à la campagne n’a rien à voir : une chose est certaine, quelques mots, quelques chiffres ou quelques signes, notamment dans nos réponses aux consultations, peuvent tout changer à l’affaire ; et aux affaires... Ce sont toujours de petits détails qui font l’essentiel.

Ainsi, on peut battre la campagne en pleine ou creuse cité, faire campagne en ville ou vile campagne dans des villages, gagner après la campagne ou perdre en rase campagne bien qu’entouré de béton échevelé, faire l’objet de campagnes de presse lors de campagnes politiques après avoir bien trop dépensé dans des meetings somptuaires et campagnes de communication sans mesure ou encore (et encore) dans de multiples résidences secondaires sises à la campagne ou sur des îles ; ou des elles... Il n’y a pas que des messieurs qui trompent ; le fisc, entre autres.

Bref, la campagne n’est pas toujours belle, loin de là : ce ne sont pas les grands exploitants (exploiteurs ?) céréaliers (c’est réel ?) ou éleveurs (descendeurs ?) industriels (ou ils) qui peuvent prétendre le contraire depuis que quelques uns, quelques unes, ont choisi de mener campagne à leur encontre en leur déclarant la guerre, tels des Don Quichotte, servants et servantes d’un monde qu’ils souhaitent meilleur, ne plus laisser faire, plus de tristes affaires, pots de fer contre pot de terre, la terre tant altérée, ne pas se taire, atterrés que nous sommes, avec tant de peur pour demain et tellement de reproches, tels des chevaliers Bayard, contre Bayer, et Monsanto, pas plus saint* ni sain du tout pour le coup, et le coût qu’il faudra qu’ils payent, bien que ce soit nous en fin de compte, à la fin, tant de contes et de fables, qui règleront l’addition et plus certainement la soustraction...

Quoi qu’il en soit, malgré la campagne (pour ce qu’on nomme “les européennes“ : on dirait le nom d’un concours de Miss...) des plus lénifiante, absente, abstention, attention, et sans vous commander, ne vous décommandez pas : votez, urnez, isolez-vous, blanchissez, bulletinez, butinez (tels des abeilles qui dorénavant préfèrent à la campagne les villes), procurez-vous, bougez-vous, décidez-vous, etc. : QUI NE DIT MOT CONSENT !
Et là, justement, ou bien injustement, ça SENT mauvais ; je ne parle évidemment pas du crottin qu’on épand dans les champs mais de l’odeur nauséabonde qu’on sent dans des chants ou des discours de plus en plus (r)épandus... Au moins, au plus, au mieux, faisons que nos campagnes soient un peu, même un petit, de peu, c’est déjà tant, il est temps, préservées, derniers refuges, premiers réfugiés, avant que de ne le devenir tous, à venir, ou dépassés, plutôt que d’être laissées entre des mains trop sales à force de s’en être lavées, bien plus douteuses que boueuses.

Pour information, le mot campagne est la prononciation picarde de champagne qui signifie plaine : avant que de le boire, on attendra encore un peu...

(*) Santo signifie Saint dans nombre de langues...

Nous n’aurons pas fait sauter de bouchons de Champagne à ces occasions, mais nous avons été très heureux d’avoir été choisis par la communauté de communes du Grand Villefranchois (devenue depuis peu Ouest Aveyron Communauté) pour la conception, la mise en page et la ligne éditoriale de son futur magazine.

La communauté de communes du Haut Béarn nous a confié la création et l’élaboration de la cartographie de son territoire.

Le Centre des Monuments Nationaux nous a chargé d’imaginer la signalétique du Château de Pierrefonds (60) et l’Agence Française pour la Biodiversité nous a choisi pour la conception et la réalisation d’une exposition itinérante sur « la toponymie marine et littorale dans le parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale » : tout un programme.

La ville de Marennes (devenue Marennes - Hiers-Brouage) nous a de nouveau confier la création et la réalisation de son visuel générique et de ses outils de communication à l’occasion du 10ème festival des cultures francophones.

Nous avons imaginé pour le compte des Pyrénées Béarnaises l’affiche de “Sur le chemin de l’Herbe“ à l’occasion de la fête de la transhumance ainsi que l’estampille du même nom pour cette pratique toujours bien vivante et très campagne !

La CAF des Yvelines nous a de nouveau fait confiance pour la mise en place de la signalétique de son site de Mantes la Jolie (après la signalétique de la CAF de Versailles).

Après l’audit de la signalétique existante, le centre hospitalier de Melun nous a confié une mission d’assistance à maitrise d’ouvrage pour l’amélioration de la signalétique extérieure et intérieure : définition des actions à mener, priorisation, planning, mise aux normes accessibilité, rédaction du cahier des charges, suivi de l’exécution des prestations d’amélioration de la signalétique et réception.

Le centre hospitalier de Montélimar nous a commandé la conception et de mise en place de la signalétique du bâtiment Urgences qui devrait ouvrir à l’automne 2019.

L’APIJ (Agence Publique pour l’Immobilier de la Justice) nous a confié la mission d’assistance à maitrise d’ouvrage pour la mise en place de la signalétique du nouveau palais de justice de Lisieux (Atelier d’architecture Leonard & Weissmann).



Le projet signalétique que nous avons créé pour la polyclinique Médipôle de Lyon Villeurbanne (plus grand centre hospitalier privé de France) est visible sur notre site.



Vous pouvez également découvrir via ce lien, le beau projet d’identité visuelle de Ouest Aveyron Communauté que nous déclinons pour l’Office de tourisme.



Si vous ne craignez pas de vous mouiller ou de vous enneiger, vous pouvez également voir, toujours sur notre site, le logotype que nous avons créé pour les Ports de la Seudre en Charente-Maritime ainsi que pour la station de ski (mais pas que !) de La Pierre Saint-Martin.



La mission de graphisme qui nous a été confiée dans le cadre de la scénographie pour la Maison de l’Eau et de la Méditerranée est désormais terminée : c’est à découvrir sur place (le Boulou, Pyrénées-Orientales) ou plus facilement sur notre site.


Pour les nostalgiques de la bibliothèque rose ou verte et les autres, n’hésitez pas non plus à parcourir les rayonnages de la bibliothèque bleue pour laquelle nous avons créé la scénographie et le graphisme à Troyes.


À très bientôt... dès que j’ai un peu plus de temps pour vous écrire, promis.

Un billet écrit par Jean-Christophe Bollache et classé dans : Signalétique, Graphisme, Hors piste, Société.

On se débat ?

8 février
Jean-Christophe Bollache

Entre débats, grands ou petits, des bavardages improvisés sur des ronds-poings levés ou des paroles bues dans des bars, avec ou sans barbus, des hauts et plus souvent des bas, des samedis jaunes où des bâts blessent avec des balles de LBD, des casseurs avec des battes et des bâtons, des baffes en paires qui se perdent en pire, des bagarres sans fin, des barbares en faim, des babas cool ou pas, parfois au rhum ou enrhumés à faire dehors le pied de grue, des bazars fracassés, des baptêmes du feu pour bon (ou mauvais) nombre, également (ou illégalement), des baltringues avec des barres en vue d’heurts, casqués plus souvent qu’en débardeurs, les déballages quotidiens de fake en groupes sans raison pas plus que de raisin, ... Que de mots de maux énoncés et criés.

Certains voudraient débarquer le Président et se débarrasser des députés afin de débarbouiller la République pour recommencer à zéro. Ou à six : future République ? D’autres se déballonnent en rejetant leurs propres incuries sur leurs prédécesseurs : on voit débarouler de partout des idées bien trop nationales pour être honnête lancées par des bateleurs en tous genres qui prophétisent la débâcle généralisée. Mais est-ce que tout vouloir débâtir n’empêche-il pas de construire ? Du passé faisons table rase… On connait la chanson par cœur, et surtout la fin : il y a rarement d’ébats au bout. On ne débarque pas de nulle part et on devrait se souvenir qu’à trop écouter des balivernes par des baratineurs de tous bords on risque bien des basculements sans retour.

De notre côté, à défaut de débattre sur tout, on se débat surtout. Pour que notre “aventure“, si fragile soit-elle, puisse se poursuivre sans trop de heurts et pas plus de casseurs. D’espoir ; et de budgets...

En attendant le résultat du débat et des consultations (et très égoïstement, celles auxquelles nous avons cru pouvoir prétendre répondre), nous avons été missionnés (dans une position tout à fait honorable) par le Centre des Monuments Nationaux, pour imaginer, après l’avoir fait pour l’extérieur et l’abord, avant et donc d’abord, la signalétique intérieure du Monastère Royal de Brou ainsi que celle de la villa Savoye de Le Corbusier. Nous attaquons, avec des intentions des plus pacifiques, le château de Dinan, la seconde phase de notre mission de signalétique et de graphisme…

Si vous en avez le temps allez donc faire un petit ou grand tour pour voir les projets des identités visuelles de la commune nouvelle de Montval-sur-Loir et de la Maison des Entrepreneurs UP ! . Elles sont visibles sur notre site. Et aussi, ou enfin, l’exposition consacrée aux monuments aux morts aux archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon.

Et puis encore, allez regarder notre projet de signalétique pour l’Arc de Triomphe qui a fortement souffert de l’intrusion de quelques soudards inconnus, pas soldats pour autant, jaunes ou pas, jeunes ou vieux : comme quoi ni la couleur ni l’âge n’ont à voir avec les comportements...

Un billet écrit par Jean-Christophe Bollache et classé dans : Signalétique, Graphisme, Exposition, Hors piste, Communication.


Pour en savoir plus sur sev...

Retrouvez-nous sur Twitter :

@sevcom

& sur Facebook :

facebook.com/sevcommunication

Rhône-Alpes (siège social)

51, rue Emile Decorps - 69100 Villeurbanne

Paris

3, rue de Bizerte - 75017 Paris

Grand Ouest

9, rue basse Notre Dame - 56130 la Roche-Bernard

Et toujours par mail ou téléphone :

Téléphone : 04 72 66 17 08

Email : bienvenue@sevcommunication.com

Informations légales

SIREN 388 189 177 - Hébergeur : OVH