sevle blog

» Le site de l'agence : sevcommunication.com

Terre !

19 mai
Jean-Christophe Bollache

Terre !
C’est ce que chaque vigie du haut de son mât perché hurlait à la cantonade sise, bien plus souvent qu’assise, sur le pont, lorsque, enfin, après des mois de traversée qui n’était pas de désert, la terre promise pointait son nez, que dis-je la péninsule ou le cap apparaissait au loin sans qu’on n’eut nul besoin de pass ou de passeport pour les accoster.

Terrasses !
Elles sont depuis peu l’objet de cris de ralliement de bon nombre, ne traduisant en rien pour le coup la découverte de nouveaux mondes mais bien le retour à d’anciens qu’on avait (presque) oubliés jusqu’aux goûts des desserts...

La comparaison s’arrête là, car, naviguant bien souvent à vue, ces explorateurs ne disposaient que rarement, contrairement à nous, de cartes et encore moins de menus, pour rejoindre les destinations convoitées.

Christophe Colomb, voyant émerger des brumes, l’Amérique, la prit pour l’Inde, affublant pour des siècles ses tribus indigènes du nom d’indiens : aucun changement pas plus qu’une variation de langage n’a jamais depuis rattrapé cette erreur d’allogène. Espérons qu’aucun accident ou variant qu’il soit indien, américain ou de quelque origine que ce soit, ne vienne stopper net cette (re)conquête des terrasses qui, jamais, ne nous parurent si lointaines…

Poursuivant notre navigation sur des mers proches et parfois plus lointaines, nous avons de notre côté atteint quelques très belles destinations :

• Département de la Marne : naming et création de la marque de territoire pour les produits et services locaux.

• Thonon agglomération et Pays d’Évian vallée d’Abondance : naming, et création des identités visuelles des deux réseaux de transports publics.

• Villeparisis : création et lancement du logotype suite au vote de la population.

• Pays d’Orne Moselle : conception de la nouvelle identité visuelle.

• IRD - Institut de Recherches pour le Développement“ : création d’une banque de plus de 60 pictogrammes.

• Collectivité européenne d’Alsace : scénographie et graphisme de l’exposition “Par’chemins & Châteaux - Vivre en Alsace aux XIIe et XIIIe siècles“.

• Ville de Bry-sur-Marne : conception de la charte graphique et du nouveau logotype.

• Marennes-Hiers-Brouage : création du logotype et de la charte graphique de la commune nouvelle.

• Pyrénées Béarnaises : création des couvertures des guides touristiques.

• Université Pasquale Paoli : prolongement de notre mission pour le déploiement de la signalétique de l’université de Corse.

• Commune de Lasseube : création et lancement du logotype.

• CMN (Centre des Monuments Nationaux) : conception de la signalétique intérieure et extérieure de l’abbaye de Cluny et du Château de Haroué.

• Ville de Villeurbanne : conception du projet signalétique de la résidence Château Gaillard.

• Ouest Aveyron : lifting et création de la nouvelle maquette du magazine.

• Haut-Béarn : conception de la signalétique et du graphisme des futures stations vélo.

Nous vous ferons découvrir toutes ces nouvelles destinations plus en détail très prochainement dès que nous en aurons le temps et sans aucun passeport, ça va de soi !

Un billet écrit par Jean-Christophe Bollache et classé dans : Signalétique, Graphisme, Exposition, Vie de lagence, Projet, Hors piste, Communication.

Rien ne sert de courir…

28 mars
Jean-Christophe Bollache

C’est peu ou prou ce que notre (?) ministre de la santé, accompagné de son premier, ont semblé adopter comme adage en tout début de vaccinale campagne bien que ce furent principalement les villes qui étaient l’objet de leurs primaires préoccupations… Quant à partir à point, on s’interroge encore sur le contrôle assuré et assumé de ladite campagne, puisque de vaccins, il semble encore manquer malgré tout ce qui nous fut dit et répété (que l’on soit un adepte ou non du Pasteuralisme) : en la matière cette sorte de parole publique demeure bien souvent de Coué mais également de Couacs. Rien ne sert de mourir...

De notre côté, le départ de la course fut souvent différé en raison d’une activité fortement ralentie, non point qu’on ne souhaitât pas y participer mais parce qu’elle fut un temps quelque peu remisée, à l’instar de nombre de compétitions ou d’autres événements. Et donc, plus que jamais repartis, à point et à bon port, en courant mi-lièvre-mi tortue (une sorte de pangolin ?), nous avons mené à bien bon nombre de projets dont voici quelques premiers parangons, en guise d’apéritif, en attendant la ré-ouverture de nos chers restaurants...

L’inauguration à Valence (26) du nouveau pôle culturel Latour-Maubourg (MO : Valence Romans Agglo) : la conception du logotype, de la charte graphique et de la signalétique nous a été confiée, mais compte tenu du contexte sanitaire et des délais, nous n’avons pu révéler que l’identité au travers d’une partie de la signalétique extérieure de l’ancienne caserne (1879), restructurée pour la médiathèque et les archives communales et communautaires ainsi que pour le PIJ. À cette occasion, Rudy Ricciotti, l’architecte en charge du projet, nous a gratifié d’un discours des plus flamboyants.

L’étude et la conception de la signalétique du palais de justice de Douai (architectes Hamonic +Masson). C’est à voir ici plus en détail.

Le château de Bussy-Rabutin à Bussy-le-Grand (21) pour le CMN (Centre des Monuments Nationaux).

À très vite.
Nous avons plein de choses à vous dire et tant à vous montrer.
Sans masque. C’est tellement mieux.

Un billet écrit par Jean-Christophe Bollache et classé dans : Signalétique, Graphisme, Projet, Hors piste, Communication.

Le Père Noël (enfin) démasqué ?

22 novembre 2020
Jean-Christophe Bollache

Avec cette multitude de courriers en tous genres composés des listes de cadeaux des plus simples aux plus folles, le bonhomme qui les reçoit aurait intérêt à se protéger : avec ce brassage de lettres et d’enveloppes potentiellement plus infectées les unes que les autres, il risque bien de nous faire un cluster à lui tout seul !

À mon avis, il ferait mieux de tout bazarder et d’y mettre le feu illico-presto, pour ne pas risquer de se retrouver positif : vous me direz, un père Noël qui ne l’est pas (positif) s’appelle plutôt un père fouettard, comme dit la chanson, mais bon… Et puis, sincèrement, allez se promener comme ça, dans chaque foyer, c’est un coup à contaminer toute la planète en une soirée.

Non, non, le mieux c’est vraiment qu’il reste chez lui !
Et puis, il ne va quand même pas aller se fournir chez Amazon vu que tous les stocks et magasins de jouets sont fermés !!! Le mieux, c’est de ne pas lui écrire du tout cette année, même en y joignant une attestation de déplacement ! Au final, nous ferons des économies : on en a bien besoin ces temps-ci.

Allez, reprenons tous en chœur :

C’est l’étrange nuit de Noël
Pas de neige, vu le réchauffement,
Et les mains maculées de gel,
Je mets ma blouse, mon masque, mes gants,
Avant de boucler ma chaumière,
Je fais une petite prière.

Petit Papa Noël,
Ne descends donc pas du ciel
Avec des jouets par milliers
Surtout si tu n’es pas masqué.

Mais, si tu veux venir,
Il faudra bien te couvrir
D’un masque, le Covid, j’en veux pas,
Si je l’ai, ce s’ra à cause de toi.

Il me tarde que le confinement s’lève
Pour voir si je peux m’promener
Sans attestation, tout nu comme une Ève
Au risque de prendre un PV.

Petit Papa Noël,
Ne descends donc pas du ciel
Avec des jouets par milliers
Surtout si tu n’es pas masqué.

Le marchand de sable n’est pas passé,
Il voudrait bien faire dodo,
Mais le sable n’est plus essentiel
Et il se retrouve sans boulot.
Alors comment trouver le sommeil,
Quand on n’peut se remettre à flot.

Petit Papa Noël,
Ne descends donc pas du ciel
Avec des jouets par milliers
Reste chez toi bien masqué.

Nous avons néanmoins reçu avant l’heure quelques très beaux cadeaux que nous espérons bien voir complétés après cette fameuse nuit de Noël qui ne nous attend pas vraiment :

- Identité visuelle pour l’espace du Somport (64).

- Labels “Voile“ et “Sports de glisse“ pour Les Sables d’Olonne (85).

- Identité visuelle pour la ville de Bry-sur-Marne (94).

- Graphisme et signalétique pour le site archéologique de Montmaurin (31) pour le CMN, Centre des Monuments Nationaux.

- Graphisme et scénographie de l’exposition "Voyage immobile - Histoire(s) du 9 rue Princesse" à la Maison Natale Charles De Gaulle à Lille, pour le département du Nord (59).

- Graphisme et signalétique du siège des Œuvres Pontificales (69).

- Identité visuelle pour la commune de Lasseube (64).

Nous vous montrerons très prochainement sur notre site qui a été mis en confinement, les projets que nous avons élaborés et qui sont terminés afin qu’ils ne demeurent pas masqués. Quoi qu’il en soit, en 2021, ça va déménager !

Un billet écrit par Jean-Christophe Bollache et classé dans : Signalétique, Graphisme, Exposition, Projet, Hors piste, Communication.

La fin du début ?

6 janvier 2020
Jean-Christophe Bollache

Le début de la fin ou la fin du début : que fête-t-on entre deux années successives ? La fin de l’année, car on parle volontiers des fêtes de cette dernière, ou le début de l’autre puisqu’on adresse généralement ses vœux pour qu’elle se déroule du mieux possible ? Vu, et bien souvent surtout bu, comme ça, la question n’a semble-t-il que peu d’intérêt, l’essentiel étant l’ivresse et non le flacon.

Néanmoins, si ce passage demeure symbolique bien qu’il soit avant tout astronomique tant en matière de résolution (tiens, tiens...) des astres que pour les dépenses engendrées et les consommations en tous genres avalées, il est selon le point de vue qu’on adopte, pessimiste ou optimiste. À la manière de voir (et surtout de boire) le verre à moitié vide ou à moitié plein, bien que l’on sache parfaitement au bout du compte, que lorsque les coupes sont pleines c’est généralement qu’on en a assez et qu’à la fin des festivités les godets seront rincés bien qu’ils n’aient pas encore été lavés…

Au début et donc au commencement (du réveillon) était le verre, et, à la fin également, sans plus trop de moyens, ce qui ne justifie rien…

Pour débuter cette année, ou finir l’autre, nous avons pu constater une vraie fin : celle de notre manière de répondre à certains cahiers des charges qui nous sont régulièrement soumis. Souhaitant répondre à un appel d’offres, qui comme le pain (avec ou sans gluten...) sont notre quotidien, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une nouvelle règle, un début, quoi, dont, si je l’ai bien compris, la part (de galette) compterait pour 30% dans l’élaboration de la note (et la lutte) finale (vous comprendrez pourquoi).

La ville de Lyon (je cite mes sources) organise une consultation pour la “Conception des supports de communication du Musée de l’Automobile Henri Malartre“. Le règlement de ladite consultation précise en fin (on y revient) de document que, “... forte de son Label Diversité, la Ville souhaite associer ses fournisseurs dans une démarche d’amélioration continue en matière de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité“.

Bravo ! Quelle belle initiative se dit-on (ou pas...). Il est précisé que “Le candidat décrira, de façon précise et concrète, l’action ou les actions de prévention des discriminations (il devra choisir au minimum 1 axe parmi les 5 suivants : sexe, handicap, âge, origine, religion) qui seront mises en œuvre pendant l’exécution du marché et qui concerneront les moyens affectés à la réalisation du marché“. Je vous passe les précisions qui complètent cette nouvelle disposition, vous n’en verriez pas la fin (encore !).

Au début, je me dis, fort bêtement, je l’avoue, que jamais nous n’avons pratiqué de discrimination et que jusqu’à la fin nous ferons toujours la promotion de l’égalité. C’est dans la poche !
Et puis, me penchant plus précisément sur la “chose“, je m’aperçois, à la fin, que nous ne cochons aucune des cases...

. Pour le sexe, nous sommes 3 hommes (je crois...) pour 1 femme (je crois...). Et bien que je ne nie pas ma part de féminité ou que certain pense que cette femme en vaut deux comme nous, pour la parité c’est raté ! Si au moins l’un d’entre nous était transgenre... Mais dans quelle catégorie devrait il alors être genré pardon, rangé ?

. Pour ce qui est du handicap, l’un de nous a beau avoir un taux d’incapacité suite à un accident, il m’étonnerait fort que la collectivité reconnaisse cette invalidité comme suffisante pour le considérer comme handicapé à part entière (!!!). Dois-je envisager de me blesser gravement pour y parvenir ? Il faut que je creuse du côté handicap mental, il doit bien y avoir quelque un ou quelque une...

. Pour l’âge, s’il est vrai que je me rapproche du troisième, je ne peux faire partie du corpus nécéssaire étant le dirigeant fondateur de l’entreprise. J’imagine que la jeunesse de nos apprenti(e)s et stagiaires ne sera pas non plus un critère qui puisse être retenu : quand on parle d’âge, dans ces cas là, c’est du grand dont il est question...

. Pour les origines, et bien que ce critère soit effrayant puisque la loi interdit de les répertorier, si certain(e) me considère parfois comme très “original“, je crains que nos souches trop franco-françaises ne nous contraignent à ne rien pouvoir faire pour y remédier : je peux toujours me renseigner pour obtenir une double nationalité, mais laquelle ? Et compte tenu des lenteurs administratives, je ne serai jamais prêt à temps...

. Quant à la religion, alors qu’elle est sensée demeurer dans la sphère privée et qu’il est formellement interdit à un employeur de s’y intéresser, je dois tristement constater, compte tenu de l’amitié et d’une certaine intimité qui nous lie toutes (à vrai dire une) et tous, qu’aucun de nous n’est juif, pas plus que musulman ou hindouiste ni d’une autre obédience mais désespérément chrétiens, de baptême en tout cas. Ah, si, peut-être : l’un n’est pas catholique mais orthodoxe. Je doute fort, hélas, que cette religion soit l’une de celles que la ville prenne en considération lorsqu’elle affirme vouloir lutter contre les discriminations. Je vais demander, au cas où, si l’un d’entre nous n’envisage pas de se convertir...

30% de zéro faisant depuis toujours, et donc depuis le début, zéro, j’ai avec regret, renoncé à répondre à cette consultation, et dû mettre le mot FIN, à cette histoire qui n’aura finalement jamais commencé. Cette fin d’année débute bien...

Dans les nouvelles de ce début d’année et de la fin de l’autre, nous avons été choisis par l’agglomération de Valence Romans pour la conception de l’identité visuelle et de la signalétique du bâtiment Latour-Maubourg (médiathèque, archives, PIJ), dont la rénovation et la conception ont été confiées à l’architecte Rudy Ricciotti.

Nous sommes également en charge du graphisme, de la signalétique et de la réalisation graphique de la Maison des Sciences de Lupini à Bastia : notre dame (celle de l’agence !) s’y rendra prochainement.

La ville de Villeurbanne nous a confié la signalétique de 26 de ses équipements scolaires, celle du nouveau bâtiment de la Direction des espaces publics et naturels ainsi que du Complexe sportif Alexandra David-Neel et du Pôle petite enfance Helen-Keller.

C’est un bon début, et même si ce n’est pas une fin en soi, je vous souhaite une très bonne année !

Article 1er de la Constitution : la France « est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».

Un billet écrit par Jean-Christophe Bollache et classé dans : Signalétique, Graphisme, Hors piste, Société, Communication.


Pour en savoir plus sur sev...

Retrouvez-nous sur Twitter :

@sevcom

Venez prendre un café !

Les bureaux de sevcommunication sont situés
51, rue Emile Decorps
69100 Villeurbanne, France

Et toujours par mail ou téléphone :

Téléphone : 04 72 66 17 08

Email : bonjour@sevcommunication.com